"Y en a un peu plus, j'vous l'mets quand même..."

03 juillet 2022

Catherine et les frites...

tempImagerIQqZ8

Au détour d'un chemin et juste à l'entrée d'un tout petit village du Limousin une pancarte bancale "ATELIER D'ARTISTE" nous invite à suivre une fléche simplement dessinée sur un vieux mur, c'est un très vieil immeuble du XVIIIéme la porte est ouverte et donne sur un escalier monumental... nous suivons toujours le fléchage indiqué grossièrement sur le vieux chêne de l'escalier et nous arrivons au deuxième étage devant une vulgaire porte d'appartement en contreplaqué.

A l'intérieur, un capharnaüm et une voix de femme qui nous souhaite la bienvenue mais que nous ne voyons pas "NE BOUGEZ PAS, JE CUIS..." nous ne bougeons pas et la voix vient de derrière un buffet bas, Catherine sort  délicatement de son tout petit four quatre tout petits émaux posés sur la lame d'un couteau de boucher et elle traverse l'atelier pour aller mettre à refroidir ces émaux sur le rebord d'une des fenêtres de l'atelier.

"je cuis chacune de mes pièces en cuisson très rapide c'est à 1000 degrés alors faut faire gaffe, hein..." nous dit-elle en ôtant ces gants et ses lunettes de soudeur...

Catherine, c'est l'artiste du coin, une sorte de phénomène elle peint, elle photographie et elle travaille la lave des volcans d'Auvergne, son pays de naissance.

Nous resterons plus de deux heures dans son atelier dans son antre, dans le paradis de Catherine. Catherine était ingénieur agronome en Afrique de l'ouest, ça c'était avant bien avant, depuis 19 ans Catherine est artiste à plein temps là-haut dans son magnifique grenier de plus de 100 mètres carrés éclairé par huit fenêtres diffusant la douce lumière du nord.

Catherine semble heureuse dans sa bulle créatrice, elle y a tout sacrifié plus d'homme, pas d'enfant, pas de sous "je n'ai aucun besoin financier, je vis à l'année ici j'ai ma chambre tout à côté vous pouvez voir, regardez..." et de fait elle nous montre une pièce mitoyenne à l'atelier, une toute petite pièce ou même le sommier et son matelas (d'une seule place) est suspendu au plafond à l'aide d'un ingénieux système de poulies et de cordes pour gagner un maximum de place... une vie d'hermite la Catherine !!

Et les frites, me demandes-tu ?? 

 

 

Rien à voir avec Catherine, les frites.

Posté par Bleck et Bleck à 22:16 - Commentaires [9] - Permalien [#]


18 juin 2022

Une jeune femme sur la route...

Jeudi matin il est très tôt et je quitte notre Raymond avec l'intention d'observer le lever du soleil depuis la table d'orientation qui est à quelques enjambées de notre bivouac du "Suc au May" à 900 mètres d'altitude en Corrèze, dehors il y a du vent et dans les deux Van's garés à peu de distance ça semble dormir.

Alors que j'arrive au sommet et que je me crois absolument seul j'ai la surprise de voir une jeune femme posée sur une natte en position du Lotus, ses yeux sont clos et ses lèvres remuent sans que j'entende aucun son sortir de sa bouche, c'est ainsi qu'elle salue le soleil naissant, bien évidemment je n'ai pas l'intention de la déranger aussi, je m'éloigne et profite du spectacle, de cette instant où le soleil annonce une belle journée.

Le soir même après une journée à vadrouiller nous rejoignons notre sommet, notre spot et nous saluons Loth, elle également est revenue pour passer la nuit dans cet endroit tranquille alors nous faisons connaissance...

Loth à un peu plus de trente cinq ans adepte du Yoga elle mène une vie saine sans alcool, sans viande également. Nous finissons par partager notre repas avec Loth, passerons une très bonne soirée à discuter dans la pénombre sous la voùte étoilée, Loth n'est pas pressée Loth vient de prendre une décision radicale, elle a vendu son petit appartement de Gand en Belgique c'est achetée un tout petit et vieux camion Nissan l'a aménagé rapidement, très sommairement et c'est désormais une jeune femme sur la route.

Nous avons compris que c'est la fin d'une relation amoureuse avec un ou une Slovène que Loth a pris cette décision. Loth était prof de langues dans un lycée une petite vie confortable mais elle rêvait d'autre chose et la fin de son amour a été le déclencheur, en six mois elle a coupé les ponts avec sa vie précédente.

Maintenant Loth donne quelques cours de Néerlandais et de Français via internet, travaille également en tant que traductrice pour un éditeur de documents techniques et elle propose des stages de Yoga... le tout en voyageant au gré de ses envies !

81227E38-CCC7-48EC-B54A-25919379D21D

Loth est engagée pour la protection de la planète elle milite au sein du mouvement #savesoil initié par Isha Sadghuru... le lendemain encore nous avons passé un bon moment ensemble Loth est enthousiaste mais sans être pénible, sans prosélitisme, elle a des convictions tente des les partager si on veut bien lui tendre une oreille attentive et c'est tout... quoiqu'elle trouvait que les parois de notre "Raymond" manquaient cruellement d'un message, elle a remédié vite fait à ce manque !!

Voilà c'était une rencontre fortuite très agréable, c'est une jeune femme sur la route, aujourd'hui Loth roule vers Bilbao, bon vent Loth.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Bleck et Bleck à 19:47 - Commentaires [25] - Permalien [#]

15 juin 2022

Objectif lune...

tempImagesKD9ec

(quelque part en haute Charente)

 

Lors de notre période de réflexion sur le fait "d'investir" ou non dans un Camping-Car nous sommes passés par la case location, et pour taper un peu dans le dur nous avons essayé deux CC l'hiver et en Espagne.

Nous avons donc acquis "Raymond" avec la ferme intention de parcourir l'europe, les premiers objectifs étant l'Italie pour une virée sud et le Danemark pour le nord...

Voilà un an et demi que nous possédons notre "Raymond" nous comptabilisons bientôt huit mois d'utilisation à temps plein et pas un seul kilomètre hors de nos frontières, pas une journée hors de France mieux, nous faisons des étapes de plus en plus courtes parfois seulement 15 ou 30 kilomètres, souvent 70  80 kilomètres à une allure d'escargot sur nos départementales tout est prétexte à l'arrêt et pas à l'arrêt-minute crois-moi !

En ce moment j'écris ces quelques lignes depuis le département de la Creuse le climat est juste comme celui qu'on recherche, du soleil et une température clémente, très peu de touristes et des paysages apaisants alors... nous parlons régulièrement de nos objectifs et en même temps nous avons un mal fou à quitter ces régions de l'intérieur.

tempImageSKh3kA

(quelque part sur les bords du lac de Vassivière)

Posté par Bleck et Bleck à 10:03 - Commentaires [22] - Permalien [#]

09 juin 2022

Sortir de sa zone de confort...

Samedi milieu de matinée, j'envoie un bref message de type "J'arrive sur les coups de 12 - 13 heures, bise" depuis une aire d'autoroute en Vendée à ma petite soeur toute bleue.

La veille elle m'avait relancé "alors tu veux vraiment pas venir ??  dommage !" 

Les fêtes de famille, les cousinades en ce qui me concerne c'est service ultra minimum, mi mai ma petite soeur toute bleue m'avait appelé en souhaitant nous avoir à sa table pour le vikande de la pentecôte je lui avais répondu "bôf" et puis j'ai oublié... c'est faux, j'avais ça dans un coin de la tête comme un caillou dans la chaussure du genre "est-ce que je continue à jouer au vieux con égoïste ? et si finalement je passais à côté de quelque chose ?"

J'en parle deux minutes avec la femme que j'aime qui me répète que je fais absolument ce que je veux mais qu'elle souhaite rester à la maison et je me couche là-dessus...

6 heures 30 samedi, je me lève vite une douche, j'attrappe un sac balance un change, vite fait, une brosse à dents et je prends la route illico en direction de Vannes.

Sur les coups de 9 heures je gare la C5 sur une aire d'autoroute quelque part en Charente Maritime un grand café deux chocolatines un autre café j'adore ça, je suis seul accoudé à un comptoir pas très propre, je regarde la population s'activer, ce couple qui s'énerve avec leurs deux pré-ados pour le choix de la boisson chaude qui n'en finit pas, la famille nombreuse là-bas près de la baie vitrée avec la maman qui tente de partager une boite de gâteaux bien petite, le couple de bikers Espagnols sur-tatoués sur-équipés de cannettes... j'adore bon, j'ai de la route !!

J'enquille à nouveau l'autoroute, la traversée de Nantes ne sera pas facile, trop de monde, on se demande où ils vont tous ces cons-là, on se le demande !!

Après une halte ultra rapide pour acheter deux bouteilles d'un gentil Bordeaux dans une cave Vannetaise, je gare la C5 et je rentre direct chez ma soeur et son mari qui eux, m'attendaient.

Je pénètre dans la cuisine et là, un blanc, plus d'image ! Catherine en m'apercevant lâche le saladier (vide) qu'elle tenait, Catherine habite à Toulon on ne s'était pas vus, pas téléphonés, pas textotés depuis l'été 1980.

Sur cet entrefait et au bruit que produit mon arrivée, Lucie descend l'escalier menant à la cuisine me voit dans les bras de Catherine et trébuche sans tomber. Lucie habite à Strasbourg on ne s'était pas vus, pas téléphonés, pas textotés depuis Noêl 1986.

Catherine et Lucie sont deux cousines l'une un peu plus âgée, l'autre plus jeune que moi nos mères étaient soeurs et j'ai passé un excellent ouiquend, nous avons beaucoup rigolé nous avons un peu pleuré beaucoup discuté, appris certaines choses nous nous sommes rappelés, des micro détails qu'on avait occultés, regardé quelques photos parlé de nos vies très différentes à tous points de vue... j'ai passé un bon moment je crois qu'elles aussi, j'ai chaudement remercié ma petite soeur tout bleue pour ces moments délicieux.

 

 

Posté par Bleck et Bleck à 20:58 - Commentaires [29] - Permalien [#]

03 juin 2022

Plaisir solitaire...

Fort de mon premier gain quasiment sans mise de fond j'entre par une belle soirée dans le Casino de la Rochelle, superbe sur les allées du Mail... cette fois c'est LE Casino et je suis déterminé, on va voir c'qu'on va voir !

Je rentre avec 100 Euros en liquide et ma carte d'identité, rien d'autre sur moi. Une fois mes cent Euros changés en pièces de 1 Euros qui remplissent un gros pot en plastique, je fais le tour de la salle des machines à sous, voilà l'allée des machines à 1 Euro et je me campe devant l'une d'elles, mais toujours sans pouvoir expliquer pourquoi celle-là et pas une autre...

Une série de trois pièces, une deuxième et rien ne se passe sinon que j'ai perdu six Euros en quelques secondes... je marque une pause, réfléchis un instant... eh merde, tout le pot va y passer alors, assez fréquemment trois symboles s'allignent et je suis remboursé d'une série de 3 pièces beaucoup plus souvent rien ne se passe, parfois un gain de 12 pièces c'est totalement aléatoire... une heure et demie plus tard je n'ai plus de pièces, le compteur de la machine est à zéro, c'est fini. Je ressors du Casino et j'ai perdu 100 Euros, c'est tout vu !

C'est tout vu mais quelque chose c'est produit et sur une période de deux à trois ans je vais écumer les casinos du Sud Ouest qui me le rendront bien...

Toujours la même méthode parce que c'est un jeu et que j'aime les symboles, toujours jouer 100 Euros, toujours les machines à 1 Euros, toujours par des séries de trois pièces. Parce que je ne me vois pas jouer 10 ou 20 Euros, 100 Euros pour moi c'est une grosse somme j'ai toutes les chances de la perdre, ce risque me procure un stress donc une poussée d'adrénaline, je me procure les 100 Euros en trichant sur mes frais de route professionnels et je joue une à deux fois par mois voir plus, les mois où je gagne...

Toujours de la même façon, glisser trois pièces tirer le bras de la machine plutôt que d'appuyer sur ce putain de bouton carré qui m'appelle en clignotant, glisser trois pièces tirer le bras etc, etc, etc... c'est très con, voire glauque j'ai pleinement conscience que si on me payait pour faire ça, je ne tiendrais pas une heure sauf que je joue, je joue.

Assez souvent je gagne ce que j'appelle gagner c'est le fait de dégager rapidement un "gain" de cent Euros dans ce cas, je me rembourse, je vais changer mes premières cent pièces contre deux billets de 50 que je ne toucherais plus de la soirée et je retourne à ma machine... pour jouer et parfois j'ai gagné mon top est une soirée à 800 Euros de gain net c'était   aux Sables d'Ollonne.

Beaucoup plus fréquemment je perdais bien évidemment encore une fois c'est le jeu, tu l'acceptes ou tu t'enterres en essayant de te "rattraper" c'est le vis du joueur que j'ai eu la chance d'éviter.

J'ai connu ce griselis dans l'échine, la sueur aux tempes lorsque cette saloperie de machine claque un bon score, que les chiffres s'allignent et surtout quand un personnel de l'établissement t'aide à transporter tes pots remplis de pièces, c'est bon c'est sale tes doigts sont marqués par le métal de pièces, c'est immoral, je me suis fait plaisir et puis un jour le glauque l'a remporté sur le jeu, c'était terminé.

Parfois je souris en passant devant la façade d'un Casino non, ce n'est pas pour moi.

 

 

Posté par Bleck et Bleck à 10:50 - Commentaires [14] - Permalien [#]


29 mai 2022

Glisser trois pièces dans la fente...

Ça se passe à Vic-sur-Cère quelque part dans le superbe département du Cantal.

Impossible de me souvenir pour quelle raison je gare la Lagouna dans cette rue, pourquoi je me suis arrêté à Vic-sur-Cère nous sommes au début de l'automne et juste face à moi sur une façade sceintille l'enseigne "CASINO" j'ai une quarantaine d'années jamais je ne suis entré dans un casino mais je suis d'un naturel plutôt curieux, surtout pour les interdits.

Je tends ma carte d'identité puisque c'est la procédure et me voilà au milieu de la salle des machines à sous... il y a peu de monde, plutôt des femmes, quelques asiatiques, les bruits sont électroniques plutôt désagréables, quelque fois le bruit très fort de piéces qui tombent brutalement dans le réceptacle en acier inoxidable et le regard des joueurs ne fonctionne que pour la machine qui leur fait face, personne ne se parle.

Et je m'arrête devant une machine qui me plaît plus que les autres, ne me demande pas pourquoi je n'en sais rien c'est une machine qui fonctionne avec des pièces de 1 Euro alors je sors ma pochetée de monnaie et justement j'ai 3 pièces de 1 Euro je glisse mes 3 pièces de 1 Euro dans la fente et je tire bêtement le levier du bandit manchot... dans la fenêtre ce sont trois chiffres 7 qui s'alignent et immédiatement trois cents pièces de 1 Euro dégringolent dans ce putain de réceptacle en inox avec un bruit d'enfer. Je suis là debout incrédule et je ne comprends pas ce qui m'arrive mais je m'assois face à cette machine et je remets trois pièces... même topo, exactement le même schèma les trois 7 alignés, les pièces qui tombent, le bruit etc... et moi tout con, qui ne sait pas comment aténuer le bruit des pièces, quelques joueurs attirés par le raffut s'approchent, je voudrais être invisible, quelques pièces tombent au sol alors un employé me tend deux grands pots en platique et je file vers la caisse.

Moins de deux heures après mon arrivée à Vic-sur-Cère je sors de la petite ville comme un voleur et le portefeuilles garni de billets de vingt Euros gagnés avec une mise de fonds de 3 Euros... j'ai du mal à y croire mais au fait, et si j'allais vérifier mon potentiel de chance au jeu ??

Posté par Bleck et Bleck à 10:52 - Commentaires [13] - Permalien [#]

13 mai 2022

Il n'y a pas que Montcuq dans la vie...

Impossible à nier, je suis à l'âge où j'aime à (re) marcher sur mes anciens pas, ce qui n'exclut en rien d'avancer et d'apprécier le moment présent à mon avis, mais clairement je cultive ma nostalgie.

Aprés avoir visité les monts du Cantal nous redescendons plein Sud en traversant le département du Lot un panneau routier à la sortie de Cahors nous indique "Montcuq" alors je n'ai posé aucune question et dans la demi heure nous étions stationnés au coeur de ce village que j'affectionne tant...

tempImagebmXQTT

 

J'ai découvert Montcuq un jour par hasard il y a une quinzaine d'années, je n'avais absolument rien à y faire mais j'ai grimpé la côte qui nous mène au village et puis je me suis assis à une terrasse sous un arbre centenaire et puis j'y ai croisé des gens un peu particuliers et puis j'ai appris que Lousianne aimait ce village qu'elle y nourrissait une histoire et puis Louisianne m'a proposé d'aller voir dans l'escalier de la mairie le tableau peint par Nino Ferrer et puis j'aurais bien acheté une maison par là-bas, mais non ça ne se fera pas parce que c'est comme ça... j'aime Montcuq sa douceur de vivre, son sud et ses vallons, ses discussions qui n'en finissent pas... j'y suis retourné cinq à six fois rien que pour le plaisir pour vivre un moment seul un moment hors des emploi du temps et des objectifs... j'aime Montcuq.

tempImageDbvPq0

 

Mais dans le Lot et dans le Quercy il n'y a pas que Montcuq, j'aime le Lot ce département est habité de gens un peu fous, si on veut bien s'éloigner des rûches à touristes on peut trouver de ces tout petits villages totalement perdus pour la société d'hyper consommation où des jeunes et des moins jeunes vivent et vivent plutôt bien tant qu'ils restent juste tout juste à la marge.

tempImageo3DSvh

 

Le Quercy est un lieu d'eau, de vallons, de pierrailles et de bois, un pays de copains, de ripailles et de musique, les routes, les distances n'en finissent pas hors de question de raisonner en kilomètres, fi du temps et un petit conseil reste sur place.

tempImage6WmG9X

tempImageiBzP4t

 

Les maisons sont en pierre, solides et leurs vergers sont autant généreux que gorgés de soleil, oui le chemin est dur pour les troupeaux de marcheurs en quête de je ne sais quelle spiritualité, heureusement, l'étape est souvent fréquente et l'eau des fontaines est bien fraîche...

tempImagebTaANFJe te salue Louisianne, nous le boirons un jour ce verre en terrasse et pas dans le 13 éme arrondissement...

 

 

Posté par Bleck et Bleck à 08:36 - Commentaires [43] - Permalien [#]

06 mai 2022

Quelques photographies ou comment écouter avec les yeux...

tempImageDxL3u6

 

(le ciel d'un bleu parfait m'incite plus à prendre un verre à l'ombre, plutôt que de prendre un cliché)

tempImage6858JK

 

(une preuve selon moi qu'un véhicule motorisé n'est pas toujours hideux)

tempImagerFE0pr

 

(mais pour quelle raison cacherait-elle de si jolies petites culottes...)

tempImage0gwCkf

 

(je préférais avant... quand j'ignorais tout, jusqu'aux couleurs du drapeau Ukrainien)

tempImageeX7XPN

 

(le soir du 9 avril 2022 nous avons invité un couple de copains, qui a voté différemment que nous, voilà une photographie de notre porte d'entrée, la soirée fut excellente)

tempImageM570BO

 

(l'entrée de la grotte de Lascaux juste avant l'ouverture ou/où l'esthétique vient également de la solitude)

tempImageF4aaF5

 

(posé sur le comptoir de la boulangerie d'un tout petit village de Dordogne ou il y a des post-it qui valent plus que d'autres)

tempImageT5JYCr

 

(porte moumentale de la petite halle de Sarlat, dans le Périgord)

 

Posté par Bleck et Bleck à 16:55 - Commentaires [24] - Permalien [#]

01 mai 2022

L'échine de porc de 4 heures...

Voilà bientôt vingt ans lorsque j'ai commencé à bloguer sur l'excellent "Bleck Attitude" le starter a été la rubrique cuisine, ça m'a semblé évident parce que j'aime manger ça m'a semblé naturel et plutôt facile et puis je venais des forums de cuisine qui m'ont fait croiser Anne de Papilles et Pupilles ou encore la petite Marie Laure et son Ô Délices deux jeunes femmes qui depuis on fait leur chemin et bien fait leur chemin.

Mais si j'apprécie toujours de cuisiner, j'avais envie de remuer dans les brancards et même si j'ai toujours une "rubrique" cuisine alors que je me contrefous des rubriques bref, je cause ici de ce qui me passe par la tête et rarement de tortore... sauf maintenant !

tempImagecvaIul

"L'échine de porc de 4 heures prosternes-toi, s'il te plaît"

 

Le marché pour 4 personnes (alors que ce midi nous n'étions que tous les deux, mais je ne me vois pas cuisiner "petit" et ce sera encore meilleur réchauffé demain)

- 1 échine de porc de 1,2 kg (j'en prends évidemment 1,5 kg puisque nous ne sommes que 2 ensuite, tu as bien lu il faut acheter un morceau d'échine... ne m'amuse pas à cuisiner un morceau de porc dans le filet, ici tu es sur "Y en a un peu plus, j'vous l'mets quand même" et pas sur "Recet' M'in Soeur")  

- 1 tranche de poitrine de porc fumée que tu détailles en lardons d'un centimètre d'épaisseur.

- 1 kg de pommes de terre qui se tiennent à la cuisson.

- 1 pomme fruit.

- 6 oignons jaunes.

- 6 gousses d'ail (ils me font rire avec leur 6 gousses d'ail, j'ai mis deux têtes d'ail)

- 1 cuillerée de beurre (je te laisse deviner la dimension de la cuillère)

- 2 verres à eau de cidre brut.

du sel et du poivre et c'est tout !

Tu mets à préchauffer ton four à 140° (cent quarante degrés centigrades, ok) pendant ce temps à côté et exclusivement dans une cocotte en fonte sur feu vif tu fais revenir l'intégralité de la viande de porc sur toutes ses faces, quelles soient bien marquées,tu coupes en quatre les oignons et les pommes de terre, la pomme fruit (j'utilise des légumes bio, je ne fais que les brosser sous un filet d'eau je n'épluche rien, toi tu fais comme tu le sens... si, si) tu ajoutes à la viande les oignons avec les gousses d'ail dans leur chemises et la pomme fruit, un bon coup de sel tu verses le cidre délicatement et tu enfournes ta marmitte couverte, évidemment et surtout mais surtout, tu oublies tout ça pendant trois heures...

Au bout de trois heures tu vérifies s'il reste du jus de cuisson éventuellement tu ajoutes un verre de cidre, la viande est cuite mais tu y ajoutes les pommes de terre que tu as réservée, deux tours de moulin à poivre, encore une heure de cuisson.

C'est tout ultra simple, goûtu et généreux, pas besoin de couteau ça se mange à la cuillère sans chichi c'est de la cuisine à partager... je sers ça avec du cidre bien frais mais je suis convaincu qu'un petit côte du Rhônes ne ferait absolument pas de mal, du pain de campagne et tout de suite la vie est belle.

 

Posté par Bleck et Bleck à 19:02 - Commentaires [15] - Permalien [#]

08 avril 2022

Isle of Man...

 

Isle of Man ou comment j'ai couché avec mon patron...

 

Eté 1978, c'est décidé nous allons visiter l'île de Man. Comment ne pas être excité par ce voyage au guidon de ma 500 T Suzuki toute neuve... nous prenons le Ferry situé à moins de deux kilomètres de mon appart' et c'est déjà l'aventure quand nous débarquons à Southampton dans la matinée Philomène et moi.

Philomène a 19 ans alors que je culmine à 22 et nous sommes ensemble pour deux années, Philomène est franco-britanique sa maman étant un sujet de sa très gracieuse majesté, je connais bien ses parents ultra sympathiques à mon encontre et en ce mois d'aout ils s'en vont eux, visiter l'Ecosse.

Le papa dirige l'agence locale d'une belle entreprise nationalisée c'est un des notables de la ville avec tout ce que comporte ce statut et par le plus grand des hasards je suis employé de cette même entreprise, au plus bas de l'échelle avec tout ce que comporte ce statut.

Il ne m'a pas embauché, ne m'a pas choisi pour le boulot comme pour fréquenter sa fille chérie et il est absolument délicieux avec moi, ce papa est mon grand patron.

Dans un premier temps nous visitons Porsmouth et nous enquillons la route plein nord le temps est pluvieux, et on en a rien à foutre, on roule ! 

Nous roulons mais pas assez longtemps, en plein dans les midlands la boite de vitesse de la moto est cassée suite à une fuite d'huile c'est la catastrophe... sauf que nous sommes en 78, motards et en Angleterre alors nous n'attendons pas plus d'une heure pour voir un British nous aborder.

Philipp' va se démerder pour nous trouver gîte et couvert, dépannage de la Suzuki, Philipp' et ses potes vont nous bichonner pendant deux jours, nous initier à l'authentique "fish & ship" à la bière brune à la vraie camaraderie mieux, ils vont nous receuillir à nouveau deux semaines plus tard afin de reprendre la moto réparée... depuis l'été 78, j'aime les Britanniques !

Philomène prend contact avec ses parents... un rendez-vous est pris à la gare d'Edimbourg, nous sommes invités à visiter l'Ecosse une autre aventure commence et c'est formidable.

Arrive la première soirée dans un charmant petit "B&B" et l'heure d'aller se coucher, c'est là que je me retrouve à partager le même lit que mon patron, grand grand moment de solitude partagée...

Ceci étant je n'ai toujours pas vu l'Ile de Man mais j'ai passé des vacances absolument géniales, c'est un grand souvenir.

Et puis il y a eu la rentrée, au boulot j'ai été bien évidemment discret sauf auprés d'un bon copain en qui j'avais confiance alors j'ai dit à Patrice "tu vas pas me croire, le mois dernier et pendant dix jours j'ai couché avec mon patron"

 

 

 

Posté par Bleck et Bleck à 12:41 - Commentaires [52] - Permalien [#]