Pour quelques raisons médicales, la femme que j'aime a été privée en ce début d'année de toute consommation d'alcool pendant trois semaines.

Par solidarité, par amour, parce que ça ne peut pas faire de mal, par exemple, par Toutatis et pour me tester, j'ai suivi.

Nous apprécions la consommation d'alcool, nous en buvons (trop) régulièrement, à l'estime... un à trois alcool forts/semaine en guise d'apéritifs avec nos copains lorsqu'on joue aux cartes, j'adore le cidre, je bois exceptionnellement une bière 25 cl à la pression hors de la maison, notre consommation préférée étant le vin rouge ou blanc (jamais de vin rosé) de qualité à raison d'une à deux bouteilles/semaine à nous deux, le vin de Champagne est trop agréable nous y cédons régulièrement, zéro alcool fort en guise de digestif.

Pendant trois semaines, pas une goutte alcoolisée rien, même pas un flambage au Calvados.

La dernière période d'abstinence remonte au début 2011 où je n'avais consommé aucun alcool pendant trois mois, c'est quasiment un plaisir de se tester comme ça, aucun effet de manque rien, nada. Nous avons simplement alterné les eaux plates et pétillantes et bu lorsque nos copains s'abreuvaient d'un Porto, un verre de sirop de Gingembre trait de citron additionné d'eau fraîche.

Ceci étant dit et fait, quel plaisir de déguster une douzaine d'huîtres avec un Petit Chablis, une queue de boeuf aux carottes longuement mijotée accompagnée d'un bon Côtes de Blaye, quelques coquilles St. Jacques tout juste déglacées au Noilly-Prat, j'aime l'alcool.