Nous arrivons sur le parking des orgues d'Ille sur Tet, curiosité géologique du département des Pyrennées Orientales, ce début du mois de mars est frileux une seule voiture la notre et alors que je gare la Citroên arrive un moto poussive, un vieux monocylindre Japonais monté par un monstrueux tas de sacs et par un petit bonhomme fourbu.

Pendant que les copains s'avancent sur le petit chemin de randonnée je m'attarde à la voiture, je n'y rien à y faire mais ma curiosité naturelle m'oblige à interroger Serge, et à lui demander ce qu'il faut là seul avec un  moto immatriculée dans le 28, poussièreuse, crasseuse...

"Oui je viens d'Alençon, je suis parti le 15 novembre..."

Et en 10 minutes le Serge me déballe sa vie : fin de trentaine, sa femme c'est tirée avec leur meilleure copine voilà un an, là-dessus arrive le Covid 19 serge ne fait ni une ni deux, il vend l'appart' achète une vieille moto et démarre ce qu'il a toujours eu en tête, faire la route pas le courage du vélo pas l'envie du fourgon ce sera la moto, pour vivre il propose de créer des sites internet, de gérer les référencements, de donner des conseils marketings... J'ai quitté Serge, le lendemain il basculait en Espagne.

 

/// - ///

 

Ce matin je déboule dans ma petite épicerie favorite à 2 kms de la maison, j'y vais pour acheter un chorizo absolument extra pour préparer une sauce accompagnant un dos de cabillaud, un délice. Mais, mais mais et re-mais quelque chose me chiffonne ne magasin n'est pas présenté comme d'habitude, j'entends du bruit dans l'arrière boutique "Alice... oh, Alice t'es là ?" 

Une jolie mignonne se présente à moi mais ce n'est pas du tout Alice... "Bonjour je remplace Alice, définitivement"

Et j'apprends qu'Alice a vendu sa boutique, précipitemment ! Pour faire un tour du monde et à la voile et nouvellement enceinte !

Alice, la trentaine une jolie fille ultra sympathique était commerçante depuis quelques années, mariée à un musicien travaillant dans l'immobilier un petit garçon de 5 ans, et ils pratiquaient la voile, enfin ils faisaient des ronds dans le bassin de temps en temps ils poussaient jusqu'à la Rochelle, jusqu'à la côte Basque et puis le Covid 19 les a pris de court, comme chacun d'entre nous, et dans leur tête ça a fait tilt, c'est maintenant ! Ils ont vendu la maison, le commerce, le mari a démissionné ils ont acheté un kech de 14 mètres et ont démarré leur deuxième enfant. Voilà c'est tout, ils ont largué les amarres mercredi dernier depuis le port de Sète.

J'adore ces histoires, ces rebonds, ces fous furieux, ces gens pas lisses...